Les besoins en exercice physique de nos chiens

9703570-illustration-de-la-caricature-du-groupe-de-chiens-drole

Voici un article de Mon Chien Magazine plus qu’intéressant ! … Les besoins en exercice physique … selon la race !

Nous publions l’intégralité de cet article dont l’auteur est Julie Willems (protégé par le droit d’auteur – Mai 2013)

Un chien a besoin de se dépenser régulièrement pour évacuer toute l’énergie qu’il a en lui. Si ce n’est pas le cas, cette énergie risque de s’accumuler de jour en jour jusqu’à développer un trouble comportemental très fréquent que l’on appelle le trop-plein énergétique.

A races différentes, besoins différents

Ces besoins en exercice varient très fortement d’une race à l’autre en fonction de la raison pour laquelle ladite race a été créée. Les chiens de compagnie par exemple, dont la mission principale est, comme leur nom l’indique, de tenir compagnie au maître, passent la majeure partie de leur temps couchés à ses pieds dans le salon. Leurs besoins en exercice physique seront donc nettement inférieurs à ceux d’un chien de berger, par exemple, qui a été créé pour travailler la journée durant au côté du berger à rassembler les moutons. Nous allons ici faire un petit tour des différentes catégories de races canines afin d’aider les maître à déterminer quels sont exactement les besoins en exercice de leur animal.

Rappelons que les besoins en dépense physique n’ont rien à voir avec la taille du chien. Le Dogue allemand, connu pour être la plus grande des races canines, a des besoins en exercice physique fort limités en comparaison au Jack Russell qui, lui, a constamment besoin de bouger. Ne vous fiez donc pas à la taille de votre animal pour juger de ses besoins mais plutôt à la nature de sa race. Un Jack Russell étant un terrier, chien de chasse par excellence, ses besoins en exercice sont logiquement plus importants que ceux des Dogues, considérés aujourd’hui comme chiens de garde et de compagnie.

Les chiens de compagnie

Un chien dit « de compagnie » tel qu’un Carlin, un Bichon, un Shih tzu ou un Chihuahua se satisfera sans rechigner d’1/2h de promenade quotidienne, si possible en deux fois. Bien sûr même parmi ces races, rares sont les chiens qui refuseront un plus grand tour, mais si vous ne pouvez lui offrir que 2 x 1/4h, vous remplissez déjà grossièrement ses besoins. Parmi ces races de compagnie, on retrouve aujourd’hui des individus dont la mission initiale était le travail mais qui se sont au fil du temps bien adaptés à la vie au coin du feu. Nous citerons par exemple le Yorkshire ou le Cavalier King Charles. Initialement chiens de chasse, ces deux races sont physiquement capables de suivre leur maître lors de longues balades, mais elles se sont si bien adaptées à la vie en intérieur qu’elles ne souffrent pour la plupart pas si l’essentiel de leur journée se limite maintenant à somnoler dans leur panier. Attention toutefois au fait que cela est le cas pour la majorité de ces chiens qui ont vu leur mission évoluer au fil du temps, mais certains individus garderont un besoin physique fort développé. Pour ces races de travail qui sont devenues races de compagnie, visez tout de même une heure de promenade par jour pour être certain de rendre votre chien parfaitement heureux.

Les chiens de chasse

Parmi les chiens de chasse, les besoins diffèrent encore en fonction de la mission exacte que doit accomplir le chien lors de la partie de chasse.

Les rapporteurs, par exemple, tels les labradors et golden retrievers, ont pour mission de courir ramasser la proie qui a été tirée par le chasseur. On attend d’eux d’avoir une excellente condition physique afin de pouvoir suivre le chasseur des heures durant et s’élancer dès le tir récupérer une proie qui peut parfois être tombée fort loin. Ces races sont capables de marcher une journée entière mais on estime qu’elles se satisferont pour la plupart de 2 à 3 h d’exercice par jour. Les Cockers font également partie de ce groupe de chiens de chasse mais c’est une race que l’on considère de plus en plus comme chien de compagnie, à l’instar du Yorkshire et du Cavalier King Charles cités plus haut. En fonction de l’individu, vous aurez alors soit un Cocker très calme et casanier, soit un Cocker fort demandeur de longues promenades. Quoiqu’il en soit, un minimum d’une heure par jour est à respecter.

Les chiens d’arrêt se doivent de détecter l’odeur d’une proie, bien souvent un volatile, et de s’arrêter face à elle dans une position caractéristique, dite « position d’arrêt » pour que le chasseur sache exactement où il doit tirer pour atteindre la proie. A nouveau nous avons là des races aptes à suivre leur maître sur de très longues distances. Les Braques, les Epagneuls, les Setters et les Pointers en font partie. Leurs besoins avoisinent les 2 à 3h d’exercice par jour minimum.

Les rabatteurs ou chiens courants, par contre, sont ces races telles les Beagles qui ont pour mission de détecter à l’odeur la présence d’une proie aux alentours et de courir derrière elle jusqu’à la rabattre devant les yeux du chasseur afin qu’il puisse la tirer sans trop d’effort. Ces chiens doivent pouvoir courir rapidement et sur une longue distance. La plupart d’entre eux sont également utilisés dans la chasse à courre et ils doivent alors être capables de suivre le rythme d’un cheval. Leurs besoins physiques sont donc parmi les plus élevés dans l’espèce canine. Vous avez un Beagle, un chien de Saint-Hubert ou un Basset?  Visez au grand minimum 2h et idéalement 4h par jour pour couvrir convenablement ses besoins.

Enfin, le dernier grand groupe de chiens de chasse concerne les terriers. Il y a les terriers de grande taille tel l’Airedale et les terriers de petite taille tels le Cairn terrier, le Fox terrier ou le Jack Russell. La mission d’un terrier est de dénicher les proies qui croient avoir trouvé refuge dans leur tanière. Leur condition physique peut être moins développée que celle d’un chien courant mais à nouveau ils doivent être capables de suivre le chasseur lors de longues heures de marche. Les besoins seront ici fort différents d’une race à l’autre. Comme nous l’avons vu, le Yorkshire terrier, par exemple, s’est assez bien adapté à une vie d’intérieur. Les Fox terriers  et les Cairn terriers ont besoin de beaucoup d’exercice mais peuvent rester relativement calmes. Une moyenne d’une à deux heures par jour devrait suffire, mais à vérifier en fonction des individus. Le Jack Russell, par contre, n’en a jamais assez. Il faudra à la plupart d’entre eux 3h d’exercice pour obtenir un Jack qui accepte de se coucher dans son panier et d’y rester calme. Au maître donc d’analyser les besoins exacts de son chien et d’y subvenir !

Les chiens de berger

Avec les chiens de chasse, les chiens de berger constituent les deux grands groupes aux besoins en exercice physique les plus élevés. Comme pour l’animal qui accompagne son maître à la chasse, le chien de berger doit pouvoir rester des journées entières à l’extérieur à accompagner son maître, le berger. Ils doivent être capables de tenir sur la distance, donc d’avoir une bonne endurance, mais également de réagir rapidement en faisant des pointes de vitesse lorsqu’un mouton s’est éloigné du troupeau et qu’il faut le ramener au plus vite dans le droit chemin. Pour certaines races, telles que le Border Collie, la condition physique est encore plus développée que celle des chiens de chasse. En plus d’un exercice physique suffisant, ces races ont également besoin d’exercice intellectuel. En effet, leur aptitude au travail les a pourvus au fil des sélections de capacités intellectuelles fortement développées. Si on ne les stimule pas suffisamment, ils tombent alors très vite dans l’ennui profond. Parmi les bergers, on connaît le Beauceron (ou Berger de Beauce), le Briard (ou Berger de Brie), le Berger Picard, le Bobtail, le Colley et bien sûr le Berger allemand et les différents Bergers belges. Tous ces chiens ont des besoins avoisinant les 3 à 5 h d’exercice par jour et préfèrent nettement gambader dans un jardin que somnoler sur la moquette.  Quant au Border collie, chien d’extérieur par excellence, 5 à 6h par jour constituent son besoin théorique. Une race à ne pas mettre entre toutes les mains, donc ! Malheureusement à la mode en ce moment, nombreux sont ceux qui, évidemment, ne reçoivent pas leur quota en exercice physique et intellectuel et développent des troubles comportementaux profonds directement liés à ce manque d’activité.

Les « intermédiaires »

Nous avons discuté jusqu’à présent des chiens de compagnie dont les besoins en exercice physique sont parmi les plus légers et des chiens de chasse et chiens de berger dont les besoins sont les plus importants. Un chien de compagnie se satisfera donc normalement d’une demi-heure d’exercice par jour, bien qu’il ne rechignera que rarement à se promener une heure. Les chiens de chasse et chiens de bergers, quant à eux, ont des besoins variant entre 2h et 6h par jour ! Tous les autres groupes de races se situent entre ces deux catégories, c’est-à-dire que l’on peut quantifier leurs besoins physiques à une à deux heures par jour en moyenne. On pense notamment au groupe des molossoïdes constitué de beaucoup de races variées. Certaines, telles que le Boxer, le Léonberg, le Rottweiler et le Bouvier bernois ont un besoin en exercice moyen, c’est-à-dire qu’une heure-une heure et demie par jour devrait leur suffire. Les Bullmastiff, Bulldogs, Bouledogues français, Mâtin de Naples, Terre-Neuve, faisant pourtant partie de la même catégorie, ont des besoins en exercice limités. Une petite sortie quotidienne d’1/2h assortie d’une ou deux promenades hebdomadaires un peu plus longues leur suffiront amplement. Nous ne conseillerons toutefois pas la vie en appartement aux Bullmastiff, Mâtin de Naples et Terre-neuve qui, malgré leur faible goût pour les longues balades, sont tout de même des chiens d’extérieur.

Quant aux races de Lévriers, qui constituent une catégorie à eux seuls, tout le monde sait qu’ils furent autrefois utilisés pour la chasse et ensuite pour la course. Leurs besoins en exercice sont donc assez importants : 2 à 3h de promenade par jour sont à respecter. Cependant, étant spécifiquement friands de vitesse, vous pourrez envisager de les emmener lors de vos sorties à vélo et pourrez alors réduire le temps de balade à 1 ou 2h, puisque le rythme sera plus rapide.

Subvenir aux besoins de son chien

A la fin de la rédaction de cet article, j’imagine facilement quantité de lecteurs contrariés, vexés voire moqueurs à la lecture du nombre d’heures par jour qu’il leur est recommandé de consacrer à leur chien. J’imagine que la plupart, en démarrant la lecture, s’attendaient à des conseils de promenade allant de 1/4h à grand maximum 1h par jour. J’imagine aussi que la plupart sont assez fiers d’annoncer qu’ils promènent leur chien une fois par semaine, ce qui pour eux suffit amplement. Je les suppose alors peut-être outrés de me voir parler de plusieurs heures de dépense quotidienne. Et cela est logique. Logique parce qu’aujourd’hui on conçoit un chien comme une petite chose qui égayera notre vie, comme un jouet pour les enfants ou comme une simple boule de poils affectueuse qui réchauffera nos soirées d’hiver. On en est arrivés à oublier la fonction première d’un chien.

La belle histoire du chien et de l’homme

L’association entre l’homme et le chien date d’une quinzaine de milliers d’années. L’homme préhistorique s’est en effet rendu compte que le chien-loup chassait les mêmes proies que lui et qu’il disposait d’aptitudes dont lui-même manquait. Il en a alors conclu que l’association de leurs deux techniques de chasse leur permettrait à tous deux d’obtenir de meilleurs résultats. Ensuite, après une première domestication qui s’est évidemment étalée sur de nombreuses centaines d’années, le chien a également été utilisé par l’homme pour surveiller l’entrée de la grotte et le prévenir de l’arrivée d’un prédateur éventuel par ses aboiements. Bien des milliers d’années plus tard, le chien a été utilisé pour la chasse toujours (chien de chasse), mais aussi pour regrouper le bétail (chien de berger), pour éloigner les importuns (chien de garde), pour pister les hors-la-loi et leurs substances illicites (chien policier) ou pour retrouver des victimes (chiens d’avalanche ou de décombres). Le chien a donc de tout temps été domestiqué et sélectionné dans un but de travail. Il restait à l’extérieur et se dépensait beaucoup dans l’exercice de son travail. Puis un beau jour nous avons décidé que nous le ferions bien rentrer à l’intérieur de nos maisons. Nous avons pensé qu’en plus le chien pourrait nous apporter cette affection dont la plupart d’entre nous manque cruellement. Enfin nous en sommes venus à ce mode de vie actuel où la femme travaille au même titre que l’homme, où en plus de travailler on doit s’occuper des enfants et des tâches ménagères. Une vie où l’on n’arrête plus de courir et où, s’il reste de la place, on l’utilisera aux loisirs.

Le chien d’aujourd’hui

Et dans tout ceci, que vient faire le chien ? Elément décoratif ? Amusement pour les après-midi de jeux des enfants ? Objet affectueux qui nous est bien utile lorsque l’on se sent seul et triste ? Et l’on oublie que lui aussi il a des besoins. Et parmi eux le besoin de se dégourdir les pattes, de se dépenser, de vagabonder à l’extérieur, de travailler, d’utiliser ses fonctions intellectuelles. Et l’on s’étonne enfin que les troubles comportementaux soient apparus chez nos toutous il y a quelques dizaines d’années. S’il détruit, qu’il est agressif ou qu’il ne fait que gémir, c’est qu’il a un problème, lui ! Il suffit alors pour certains d’aller le déposer dans un refuge et d’en changer. Malheureusement, ce n’est pas le chien qui a un problème, c’est nous, nous qui avons drastiquement modifié notre mode de vie ces dernières années et reprochons au chien de ne pas nous avoir suivi. Certains s’y sont adaptés, oui. Certaines nouvelles races de compagnie ont été créées, qui se satisfont de cette vie sédentaire au coin du feu. Mais la plupart ne s’y sont pas adaptés, et leurs besoins en exercice sont restés les mêmes. D’autant qu’à côté de leur nouveau rôle, on veut à raison garder les capacités du chien pour continuer à l’utiliser au travail. Le berger a encore besoin d’un Border Collie avec toutes ses capacités physiques et intellectuelles. Et à côté de cela, la famille débordée d’activités souhaite également un Border Collie, parce que c’est beau, parce que c’est à la mode, mais dans ce cas on n’a que faire de ses capacités physiques et intellectuelles, voire on les ignore totalement. Alors quoi ? Il faudrait créer un Border Collie de travail et un autre de vie de famille ? Le pire c’est que l’on en serait capables !

Choisir la race adaptée

Non, c’est à nous de nous adapter aux chiens et à leurs besoins. A nous de choisir une race en accord avec le temps que l’on peut lui accorder et non en fonction de la mode actuelle ou de l’effet qu’elle fera sur les copains. Et s’il est trop tard, que vous avez acquis un Border Collie ou un Jack Russell qui ne tient pas en place, prenez vos responsabilités et changez votre mode de vie dans la mesure du possible pour offrir à votre chien cette vie dont il a besoin. Trop difficile répondrez-vous ? Pas forcément ! Au lieu de passer 2 à 3h devant la télévision tous les soirs, commencez simplement par les remplacer par 2 à 3h de balade avec votre toutou. Au lieu de faire des allers retours inutiles en conduisant vos enfants à leurs activités, prenez votre chien avec vous et promenez-le dans les environs durant l’heure d’activité de votre enfant. Au lieu de passer votre samedi après-midi en shopping, passez-le en forêt avec votre fidèle compagnon. Il vous en remerciera et vous verrez que votre vie et la relation qui vous lie à lui n’en sera que meilleure.

Article rédigé par Julie Willems et protégé par le droit d’auteur – Mai 2013 

http://monchienmagazine.blogs.sudinfo.be

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s