Entraînement fractionné ou continu ?-

Je vous partage ici un Article scientifique de Volodalen qui m’a particulièrement intéressé …

???????

L’entraînement fractionné plutôt que l’entraînement continu ?

L’objet de cette étude était de déterminer les effets de 3 types d’entraînements par intervalles sur la performance en endurance de sportifs très entraînés.
Avant et après 2 et 4 semaines d’entraînement 38 cyclistes et triathlètes (VO2max moyenne = 65 ml/min/kg) ont réalisé

a- un test progressif destiné à mesurer VO2max et la puissance associée
b- un test de temps de maintien à cette puissance maximale aérobie (PMA)
c- un « test course » de 40km.

Les sportifs étaient assignés à l’un des 4 groupes suivants :

1- entraînements type 8 répétitions à 60% du temps de maintien maximal à la PMA. Récupération égale au temps de course
2- même protocole d’effort que le groupe 1 avec une récupération à 65% de la Fréquence cardiaque maximale
3- 13 x 30″ à 175% de PMA récupération 4-5′
4- entraînement en continu

Les entraînements fractionnés étaient réalisés deux fois par semaine. L’entraînement habituel de type régulier et à faible intensité était maintenu pendant la durée du protocole expérimental.

Résultats

Seuls les sportifs ayant bénéficié d’un entraînement fractionné (c’est à dire groupe 1, 2 et 3) ont amélioré leur performance au « test course » de 40km (+ 4,4%) et leur Puissance Maximale Aérobie (+ 3%). De plus, les sportifs des groupes 1 et 2 ont augmenté leur VO2max (respectivement + 5,4% et + 8,1%) de manière plus marquée que les sportifs du groupe continu (+1%).

Discussion

Cette étude montre que l’ajout de fractionné chez des sportifs – même très entraînés – augmente leurs performances. Le gain peut s’expliquer par des améliorations de type physiologique (VO2max pour les groupes 1 et 2) mais aussi mécanique et/ou mentale (groupe 3 qui augmente ses performances sur 40km et sa PMA sans modification de la VO2max).
Ces résultats illustrent bien l’importance que revêt l’utilisation de toutes les zones de sollicitation (vert, jaune, orange dans la terminologie Volodalen) dans le cadre d’un entraînement (principe de diversité des intensités).
Pour un sportif habitué à ne faire que des séances continues (sans variations d’allure) quelques semaines suffisent à apporter des changements objectivables.

Bien évidemment le choix n’est jamais le fractionné ou le continu mais le fractionné et le continu en proportions variables selon les caractéristiques du sportif, la période de préparation et l’épreuve qu’il prépare.

Références

Interval training program optimization in highly trained endurance cyclists. Laursen PB, Shing CM, Peake JM, Coombes JS, Jenkins DG. Med Sci Sports Exerc. 2002 Nov;34(11):1801-7.Article Volodalen écrit en 2003.

Article : Volodalen 

Publicités

Préparation Physique du Chien de Sport

Préparation du chien de Sport

Qu’est ce que la Préparation Physique du chien de Sport & de Travail chez Canémotion ? 

Véritables sportifs (quelques fois de haut-niveau), les chiens de sport, de travail et d’utilité ont un appareil locomoteur mis à rude épreuve. Les lésions musculaires et ostéoarticulaires peuvent ainsi être rencontrées tout au long de l’année.

  La préparation physique permet de prévenir les lésions et d’optimiser les performances (physiques et mentales) du chien de sport.

   Des interruptions d’entraînement au cours de l’année peuvent être observées chez les chiens de sport (en fct de la t° extérieure par exemple). Le travail à l’eau permet de s’affranchir des ces périodes d’interruption au cours de l’année.

   Grâce à des équipements spécifiques (bassin de nage à contre-courant, tapis roulant immergeable), le travail à l’eau va permettre :

   de gagner en puissance musculaire, force, vélocité, rapidité pour l’effort court et intense (agility, lévrier de course, RCI, …)… la préparation physique permettra également d’améliorer la tolérance à l’acide lactique, d’améliorer la gestuelle de l’effort, de prévenir les accidents musculaires, d’améliorer la tonicité des structures tendineuses et ligamentaires, etc

   d’améliorer les capacités cardio-respiratoires du chien pour l’effort long et l’endurance, de faciliter la récupération après un travail intense (traîneau, ski joering, canicross, chasse, …).

    d’adapter un plan d’entrainement structuré pour atteindre une charge progressive et croissante

    tout en réduisant la portance et donc sans aucune contrainte sur les articulations du chien.

Merci de respecter les Droits d’Auteur – Canémotion ©

 

Photos :  Kriek et Yann Latrompette * Champion de France de Ski Joering 2014* 7ème Championnat d’Europe de Ski Joering – Finland

Kriek Yann 2

 

Kriek – Entraînement Nage à contre courant au Centre Canémotion 

http://www.canemotion.fr

sans titre-468